27 avril 2018

Les réseaux des pairs

Dans une autre vie, j'ai eu l'occasion de subir un changement de directeur général. Quand vous faites partie d'un comité de direction, c'est toujours un moment "intéressant".

Lors du premier entretien en tête à tête avec mon nouveau chef, celui-ci me demande : "Bon, Zythom, si vous me parliez un peu de votre réseau". Et me voilà parti dans une présentation détaillée et passionnée de notre réseau informatique, sa complexité, sa technicité, ses risques de sécurité, les options de connexion à internet, les coûts. Je lui parle de switchs, de routeurs, de baies de brassage, d'onduleurs, de bornes Wifi, de fibres optiques, de sous-répartiteurs, de VLAN, de VPN... Au bout de quelques minutes, je remarque le visage un peu contrarié de mon patron. Inquiet, je lui demande si je manque de clarté dans ma présentation.

Il me répond : "Zythom, quand je vous pose cette question sur votre réseau, je parle de votre réseau relationnel. Les contacts que vous avez avec vos homologues, localement, régionalement etc.".

Silence gêné.

"Ah. Mais votre prédécesseur me demandait plutôt de travailler seul pour être en avance sur nos concurrents. Donc, mes contacts avec mes homologues sont très limités".

Sa réponse a changé ma vie : "Zythom, vous allez discuter avec vos homologues, échanger, vous déplacer. Je veux que vous intégriez tous les réseaux relationnels de votre domaine, avec l'idée que l'on progresse plus vite ensemble que seul dans son coin."

Je n'ai jamais cessé depuis d'appliquer cette règle, et si j'ai un conseil à donner à toutes les personnes qui me lisent : essayez.

J'ai rencontré énormément d'experts dans ma vie : d'abord comme chercheur, puis comme enseignant, puis comme expert judiciaire, comme DSI, comme pilier de bar, et enfin comme blogueur. J'en ai vu des brillants, des fiers, des qui aiment les projecteurs, la lumière. Ceux-là sont pour la plupart des solitaires. Et il y a ceux qui arrivent à partager leurs savoirs, leurs succès comme leurs échecs.

Il a toutes sortes de réseaux d'échanges (conférences, listes de diffusion, clubs, associations, compagnies, réseaux sociaux, blogs...) mais je vais vous parler celui qui m'a fait gagner le plus de temps : le réseau des pairs.

Le réseau des pairs est plus communément appelé "communauté de pratique" en théorie de l'éducation. Voici ce qu'en dit Wikipédia :
Selon Lave et Wenger (1991), par qui le concept de communauté de pratique est apparu, et Kirschner and Wopereis (2003), une communauté de pratique est constituée de groupes d’individus engagés dans la même occupation ou dans la même carrière. Ces individus interagissent sur une base continue en vue de maîtriser et d’améliorer les savoirs et savoir-faire de leur domaine d’intérêt. Ainsi, la participation par qui l’apprentissage se déploie, demeure un élément moteur dans une communauté de pratique et revêt un double sens d’implication et d’engagement. Lave et Wenger (1991) désignent cette forme d’apprentissage par Legitimate periphiral participation, qui décrit l’investissement du membre au sein de cette communauté, du stade de noviciat jusqu’à sa pleine reconnaissance par ses pairs. L’engagement mutuel, l’entreprise conjointe et le répertoire partagé sont parmi les caractéristiques importantes des communautés. On retrouve les communautés de pratique dans les structures informelles.
Comme je n'ai pas la prétention de théoriser ce domaine, je vais simplement partager avec vous ma modeste expérience : quel que soit votre métier, je vous conseille de prendre contact avec un groupe de personnes ayant les mêmes préoccupations et qui sont d'accord pour partager leurs connaissances.

Exemple 1 : A force de fréquenter des salons informatiques dans ma région, j'ai fini par rencontrer des responsables informatiques avec qui j'ai sympathisé. D'abord par des discussions informelles, puis autour d'une table dans un bar. "Et si on se voyait plus souvent entre nous pour discuter de nos métiers ?". L'idée était lancée et a abouti à la création d'un club de DSI local où l'on échange autour de nos idées, de nos problèmes, de nos projets, de nos fournisseurs, de nos coûts, de nos utilisateurs, de nos organisations métiers... Après chaque réunion, je ressors avec plein d'idées, d'envies, de solutions. Je gagne un temps colossal sur la majorité de mes projets !

Exemple 2 : Lorsque je me retrouve face à un problème que je ne sais pas résoudre dans une expertise judiciaire, après avoir cherché de manière approfondie une solution (histoire quand même de ne pas être trop ridicule si la solution est évidente), j'ai la chance de pouvoir solliciter l'aide confraternelle d'experts judiciaires sur une liste de diffusion spécialisée. Face à un problème qui me semble insurmontable, il y a très souvent quelqu'un qui s'est trouvé face au même problème et qui a trouvé une solution qu'il accepte de partager. Bien entendu, je réponds de même si j'ai moi-même quelque chose à apporter. Nous n'avons rien inventé, ce type de forum / liste de diffusion existe depuis la création d'internet.

Par ce billet, je voudrais remercier toutes les personnes qui, à un moment ou à un autre, m'ont aidé par leurs conseils ou leurs mises en garde. Que ce soit par un commentaire sous un billet du blog, un tweet, un email ou un coup de téléphone. Et aussi toutes celles et ceux avec qui j'ai pu discuter dans le "social event" d'une conférence (SSTIC/JRES/PSES ).

Par ce billet, je voudrais encourager les nerds, les geeks un peu solitaires, à surmonter leurs égos, leurs craintes du ridicule, leurs phobies relationnelles éventuelles, et à faire l'effort de rencontrer des personnes partageant leurs passions. Après tout, ce n'est pas comme si l'on manquait d'associations, de projets communautaires, de forums, de conférences...

Plusieurs conseils encore : soyez tolérants. Tolérance aux noobs, aux autres, à celles et ceux qui sont différents ou qui pensent différemment. Écoutez les idées des autres jusqu'au bout. Ayez le courage de poser des questions, de communiquer le plus clairement possible avec les autres, afin d'éviter les malentendus, les conflits. Ne sur-réagissez pas : ce que les autres disent et font ne sont qu'une projection de leur réalité et de leurs propres rêves. Lorsque vous êtes immunisés contre les opinions et les actes d'autrui, vous n'êtes plus la victime de souffrances inutiles. C'est certainement le point le plus difficile, sur lequel j'ai le plus de progrès à faire.

Ces conseils valent pour les réunions, mais aussi pour la vie en général.

04 avril 2018

20 ans d'expertises judiciaires

Dans quelques mois, je vais fêter mes 20 ans d'inscription sur la liste des experts judiciaires de ma Cour d'Appel.

20 ans...

J'ai rapporté ici sur ce blog quelques uns de mes "rapports d'étonnement" et quelques une de mes anecdotes (romancées bien entendu ;-). Deux décennies de contacts avec la justice et les justiciables, avec les policiers et les gendarmes, avec les avocats et les huissiers, avec les greffiers et les magistrats, avec Yéléna...

J'y ai perdu le sommeil à cause de l'horreur des images et des films de pédopornographie, de guerre et de massacres, pauvre petit être sensible sans les filtres des reporters ni la préparation des hommes et femmes d'action (soignants, pompiers, urgentistes, militaires, etc.). Horresco referens...

J'étais seul dans mon bureau face aux défis techniques des missions données par les magistrats. J'ai appris à trouver la petite aiguille dans la botte de foin du disque dur, à décrypter les données cachées, à retrouver les mots de passe utilisés. J'ai réussi à surmonter mes angoisses de pannes des scellés, de modifications de preuve par inadvertance, de pertes de données, de mauvaise interprétation de ce que je voyais. J'ai apprivoisé la complexité administrative dans laquelle est jetée le collaborateur occasionnel du service public (pas toujours très claire).

Quand j'ai été admis à l'inscription sur la liste d'experts judiciaire de ma Cour d'Appel, j'avais 35 ans. J'étais alors le plus jeune expert judiciaire en informatique de France \o/. Le suivant dans la liste avait 30 ans de plus que moi... Je trouvais ça lamentable, surtout en matière informatique. J'approche maintenant des 55 ans, et je me demande s'il est bien raisonnable de continuer... Toute ma vie, j'ai assisté, et participé activement, au développement de l'informatique. J'ai travaillé comme chercheur en intelligence artificielle, j'ai enseigné, j'ai développé un système d'information, j'ai expertisé des machines, des systèmes, des organisations, j'ai contre-expertisé des rapports d'expertise...

Je refuse de considérer que je suis trop vieux. J'ai encore tant de domaines à explorer : TensorFlow, le calcul parallèle, la sécurité informatique avec ses mystérieux SOC, SIEM, CSIRT et autres joyeusetés, les outils forensics, les nouvelles règles du jeu (LPM, RGPD...).

Professionnellement, je gère à peu près la même équipe depuis 25 ans, date à laquelle j'ai rejoins la startup où je travaille encore aujourd'hui, startup qui est devenue une belle et grande école d'ingénieurs. Mais la transformation numérique qui brasse en profondeur les processus de l'entreprise s'accompagne d'une charge de travail et de responsabilités qui ne fait que s'accroître et pour laquelle je sens que mes épaules deviennent insuffisantes : choix des serveurs, des actifs réseaux, des routeurs, des plateformes de virtualisation, des clouds, des accès internet, des outils de supervision, des systèmes d'exploitation, des câbles réseaux, des fibres optiques, des ordinateurs fixes, des ordinateurs portables, des tablettes, des bornes Wifi, des systèmes d'impression, des systèmes d'affichage, de vidéoprojection, de visioconférence, des bases de données, des logiciels métiers, des portails, des parefeux... et de toute la sécurité qui va avec ! Les ingénieurs informaticiens généralistes vieillissent mal...

Mais le côté le plus dur, ce sont les expertises judiciaires. Les techniques deviennent de plus en plus complexes, et le côté artisanal de ma pratique d'expert m'interroge de plus en plus (lire ce billet sur le sujet). J'ai maintenant peur de ne plus être à la hauteur quand on me propose une mission d'assistance à huissier de justice : quel est le matériel sur lequel je vais tomber, quelle quantité de mémoire de stockage disque, quelles technologies, quels systèmes ? Quel sens cela a-t-il quand on commence à refuser des missions ? Je refuse de devenir un expert judiciaire "carte de visite" pour alimenter ma clientèle d'expertises privées. Je pense qu'il va bientôt être temps de jeter l'éponge, et de laisser la place à de jeunes experts : il est probable que je ne demanderai pas le renouvellement quinquennal de mon inscription sur la liste des experts judiciaires. Il faut savoir partir dignement, et au bon moment. Les cimetières sont remplis de personnes qui se croyaient indispensables.

Je vais me concentrer sur mon activité professionnelle, m'encadrer de forces vives, devenir un meilleur manager, et essayer de rester en contact avec la technique. Je vais continuer à grandir avec l'entreprise qui voudra bien encore de moi. A la maison, je vais remplir mes soirées de TensorFlow et de CUDA, de OpenVAS et de ELK, de Tor et de Shodan... Je compte bien tenir encore 15 ans. 70 ans, quel bel âge pour partir à la retraite ;-)

Le ton de ce blog va sans doute changer.
Mutatis mutandis.

09 mars 2018

S'amuser avec une machine virtuelle dans le cloud

Crédit image Sam Johnston (1)
Je suis un gros consommateur des outils Google : le moteur de recherche, la messagerie, le drive, le calendrier, etc. C'est donc assez naturellement que je me suis retrouvé à une présentation des services proposés par la plateforme Google Cloud : cloud.google.com

Je précise que ce billet n'est malheureusement pas sponsorisé.

J'ai découvert que l'on pouvait faire fonctionner gratuitement une (petite) machine virtuelle dans le cloud Google. Ce billet s'adresse donc aux personnes souhaitant découvrir le monde des machines virtuelles hébergées sur un datacenter situé quelque part dans le monde.

Avertissements : Philosophiquement, j'aime tout le monde : j'utilise Windows quotidiennement, ainsi que plusieurs distributions GNU/Linux Mint, j'ai un compte Facebook personnel, j'aime l'association Framasoft (y compris son initiative de dégooglisation d'internet), j'utilise Twitter, j'aime Mastodon, j'essaye de sensibiliser mon entourage et mes lecteurs à la protection de leur vie privée, tout en mettant mes connaissances au service de la justice et des enquêteurs, je mange de la viande et je roule en vélo pour mon bien être et celui de la planète. Vous l'avez compris, je suis plein de contradictions, que j'assume plus ou moins. J'évolue lentement mais sûrement. Je reste ouvert à toutes les discussions, je teste tous les environnements, les hébergeurs, les différentes solutions et outils. Et je garde ce que je trouve pratique par rapport à mes usages. Je ne suis pas sponsorisé par Google, je ne travaille pas pour Google (Larry, if you're reading me...), je ne suis pas responsable des manipulations que vous allez faire chez Google, ni du coût que cela pourrait entraîner pour votre carte bancaire. Si vous ne comprenez pas ce que je présente comme concepts ou comme commandes, il vaut mieux rester spectateur et ne toucher à rien.

Prérequis : Vous devez disposer d'un compte Google, et accepter de confier le numéro de votre carte bancaire à Google, qui s'engage à ne pas la débiter si vous restez dans les limites indiquées lors de l'essai gratuit (bien lire les conditions, pas le droit de miner des cryptomonnaies...).

Démarrage :
- Connectez-vous à votre compte Google.
- Rendez vous sur https://cloud.google.com et cliquez sur "essai gratuit".
- Remplissez les informations demandées, en lisant attentivement les conditions.

Je vous propose de suivre le didacticiel "Essayer Compute Engine", en créant une instance ayant les caractéristiques suivantes :
- Zone aux États-Unis (datacenter us-east* par exemple)
- Type de machine : micro (1 vCPU partagé) avec 0.6 Go de mémoire
- Disque de démarrage : Debian GNU/Linux 9 à 30 Go (cliquez sur Modifier pour augmenter la taille du disque).

Ces caractéristiques correspondent, au moment où j'écris ce billet, aux conditions d'une machine gratuite (cf https://cloud.google.com/free/ section Google Compute Engine) :
- 1 instance f1-micro par mois (aux États-Unis uniquement, excepté en Virginie du Nord)
- 30 Go de stockage HDD par mois, 5 Go de stockage d'instantanés par mois
- 1 Go de sorties réseau par mois, de l'Amérique du Nord vers toutes les autres régions (sauf l'Australie et la Chine)
Attention de bien rester dans ces conditions (ou de vérifier qu'elles sont toujours valables), sinon Google facturera des frais.

Le menu principal de Google Cloud Platform est situé en haut à gauche (icone avec 3 barres horizontales).

Dans le sous menu "Réseau VPC / Règles de pare-feu", vérifiez et adaptez vos règles d'accès en fonction de vos besoins.

Votre machine est accessible dans le sous menu "Compute Engine / Instances de VM". Vous pouvez ouvrir un terminal par l'onglet SSH de votre instance (par exemple "Ouvrir dans la fenêtre du navigateur"). Vous êtes alors connectés avec votre login Google à une machine virtuelle fonctionnant sous Debian. Votre compte peut utiliser la commande sudo.

Du fait des limitations mémoires de cette configuration gratuite, je vous recommande de commencer par créer un fichier de swap (surtout si vous installez ensuite un environnement graphique) :
$ free -m
$ sudo fallocate -l 4096m /file.swap
$ sudo chmod 600 /file.swap
$ sudo mkswap /file.swap
$ sudo swapon /file.swap
$ free -m

Si la dernière commande montre que le fichier swap est bien pris en compte, ajoutez la ligne suivante à la fin de votre fichier /etc/fstab :
/file.swap none swap sw 0 0
et redémarrez l'instance.

Une mise à jour des paquets Debian me semble ensuite être un bon début :
$ sudo apt-get update
$ sudo apt-get upgrade

Personnellement, j'ai choisi d'installer l'environnement graphique LXDE :
$ sudo apt-get install task-lxde-desktop
Rem : Curieusement, pour moi ça plante à chaque fois à "Setting up dbus...", ce qui m'oblige à redémarrer l'instance, m'y reconnecter en ssh, puis à lancer la commande :
$ sudo dpkg --configure -a

Puis l'accès distant xrdp :
$ sudo apt-get install xrdp
$ sudo apt-get install tigervnc-standalone-server
$ sudo adduser zythom

Ce qui permet de se connecter à distance depuis un poste Windows avec le compte "zythom" sur l'adresse IP que vous trouverez affichée dans votre interface Google Cloud Platform près de votre instance. Dans la mire xrdp, sélectionnez le choix de session Xvnc.

Gardez un œil sur la facturation, et amusez-vous bien !

Pour ma part, je vais aller regarder un peu le sous menu TPU Cloud et faire du Machine Learning avec TensorFlow... La carte bancaire va chauffer ;-)

----------------------------------------
(1) Crédit image : Sam Johnston — modification of the Wikipedia file, Cloud computing.svg, created by Sam Johnston using OmniGroup's OmniGraffle and Inkscape (includes Computer.svg by Sasa Stefanovic), CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=21576051








27 février 2018

Si vous n’avez rien à cacher, vous n’avez rien à craindre

Cette expertise s'annonce compliquée car les accusations semblent reposer sur des preuves vagues : un compte informatique a été utilisé tel jour à telle heure pour accéder à des données confidentielles de l'entreprise, alors que la personne associée au compte était en déplacement. Les données ont ensuite fuité, causant un préjudice pour l'entreprise.

Me voilà au milieu du problème, désigné comme expert informatique pour essayer d'éclairer la lanterne du magistrat saisi de ce dossier.

Mon problème est que je ne vois pas trop par quel angle commencer, alors que dans ma tête tourne un nombre incalculable de possibilités : malversation du salarié à distance, partage du compte avec un collègue, compromission du compte par vol de mot de passe, hameçonnage, fuite de données par sauvegarde non protégée, perte d'un disque dur, etc.

Toute l'enquête interne menée par l'entreprise désigne l'utilisation de ce compte informatique comme cause la plus probable de cette fuite de données. En présence de toutes les parties, j'étudie donc tous les éléments techniques soulevés par cette enquête interne.

Mais cette expertise judiciaire est également une enquête à part entière. Je dois mener des investigations, poser les bonnes questions, auditer la sécurité informatique du site, pour enfin pouvoir répondre aux questions posées par le magistrat.

Dans ce court billet, je vais laisser de côté le temps passé en investigations diverses, les différentes réunions, la somme de connaissances réunie autour de la table pour étudier ce problème. Mon objectif est de poser ici cette petite anecdote qui montre que le hasard fait parfois bien les choses, et qu'il faut lui laisser sa chance.

Le réseau de l'entreprise est un réseau Windows à contrôleur de domaine. Je demande à être autorisé à utiliser un compte local avec les droits administrateurs sur une machine du réseau, habilité à lancer quelques outils d'investigation. En attendant d'utiliser les outils plus avancés de ma panoplie, sans trop savoir où aller, je lance l'explorateur de fichiers à la découverte du réseau, en commentant ce que je vois apparaître sur l'écran de l'ordinateur, pour l'éclairage des avocats et différents responsables techniques et juridiques présents autour de moi.

Je vois apparaître différents appareils branchés sur le réseau de l'entreprise : ordinateurs, serveurs, imprimantes, photocopieurs, routeurs... Un nom attire mon attention : une marque de serveur de vidéosurveillance. Je clique sur le lien, pour voir apparaître une page web d'accueil demandant un login/mot de passe.

Je fais un petit tour sur DuckDuckGo pour obtenir les informations de connexion par défaut, et tape admin/admin comme login/mot de passe. Bingo, me voici connecté au serveur gérant les 32 caméras de vidéosurveillance de l'entreprise.

Silence gêné dans la salle.

Comme je travaille dans une école d'ingénieurs, je suis sensibilisé au problème des smartphones qui peuvent filmer les professeurs pendant les cours, en particulier quand ceux-ci tapent leur mot de passe sur le clavier de leur ordinateur. J'explore donc les différentes caméras de surveillance, et tombe sur celles de l'open space de l'entreprise. Un petit coup de zoom et nous voilà en train d'observer la frappe d'une personne sur son clavier (ainsi que son écran).

Les logs de connexion du serveur de vidéosurveillance montrent des connexions suspectes dans les semaines précédant l'incident, à partir d'une adresse MAC non connue de l'entreprise. Toutes les prises RJ45 étant brassées, n'importe qui pouvait brancher un ordinateur pour accéder au réseau de l'entreprise, y compris dans les toilettes (hors champ des caméras).

Je n'ai pas pu trouver la personne à la source de la fuite de données (cela ne faisait pas partie des missions confiées par le magistrat), mais j'ai pu prouver que n'importe qui pouvait intercepter sans difficulté un login/mot de passe. Cela a permis au moins de montrer que le titulaire du compte n'était pas nécessairement en faute (ou au moins de semer le doute). Imaginez ce qu'il se serait passé si la personne n'avait pas été en déplacement...

Même dans votre entreprise, méfiez vous des caméras. Vous pensez qu'elles vous protègent parce que vous pensez qu'elles ne filment que les méchants. Dans la rue, dans l'entreprise, dans votre propre maison, elles peuvent être piratées et détournées de leur usage initial. Pensez-y quand on vous dira que si vous n'avez rien à cacher, vous n'avez rien à craindre.

Vous avez toujours quelque chose à protéger : vos mots de passe, vos écrans, votre vie privée.
Quand vous dites "je ne me soucie pas du droit à la vie privée parce que je n'ai rien à cacher", ce n'est pas très différent que de dire "je me fiche de la liberté d'expression parce que je n'ai rien à dire" ou "de la liberté de la presse parce que je n'ai rien à écrire".
Edward Snowden

24 janvier 2018

Quand on tire sur un faible

La petite anecdote que je vais vous raconter n'a d'intérêt que parce qu'elle est parfaitement authentique, et illustre bien les frictions du monde ancien avec le nouveau monde du numérique.

J'assistais à une formation réservée aux experts judiciaires et aux avocats, formation organisée par une compagnie d'experts de justice. Organisation impeccable, objet de la formation intéressant, programme alléchant, 4G disponible, lieu agréable. Bref, la journée s'annonçait bien.

Le premier conférencier est un magistrat de haut niveau, intervenant sans note sur un sujet pointu passionnant. Je suis concentré sur les concepts difficiles avec lesquels il jongle et qui échappent pour beaucoup à mon entendement. L'auditoire est captivé. Les avocats approuvent ou désapprouvent certains passages ou certaines subtilités juridiques. La conférence est passionnante.

Je publie discrètement sur Twitter quelques impressions admiratives à mes followers.

Au bout d'un quart d'heure, le conférencier est brutalement interrompu par l'un des organisateurs de la formation. Ce dernier crie littéralement dans la salle : "Quelqu'un dans cette pièce est en train de publier sur des RÉSEAUX SOCIAUX le contenu de cette formation. C'EST UN SCANDALE. La prochaine fois, dans nos programmes sera CLAIREMENT ÉCRIT L'INTERDICTION de dévoiler nos échanges !"

Stupéfaction dans la salle.
L'organisateur me fixe d'un regard noir.
Mon cœur s'est arrêté.
Je me recroqueville sur mon siège.
Je me fais tout petit.

Quand tout à coup, depuis la scène où se trouvent installés plusieurs des conférenciers qui doivent intervenir à la table ronde à venir, tonne une voix de Stentor : "QUOI, QU'EST-CE QUE C'EST QUE CETTE FAÇON D'APOSTROPHER LES GENS ! OUI, JE TWEETE, OUI JE SUIS OUVERT SUR LE MONDE, SANS POUR AUTANT DÉVOILER OU ÊTRE DÉSOBLIGEANT AVEC LES ORGANISATEURS OU LES INTERVENANTS !"

L'un des avocats qui devait intervenir pendant la formation, prenait pour lui les remontrances (humiliantes) qui m'étaient destinées... Comme moi, il avait posté quelques tweets à sa communauté (dont je fais parti) pour le plus grand plaisir de celle-ci.

Les organisateurs, plutôt gênés des effets collatéraux non prévus de leur attaque, venaient de découvrir la puissance de feu d'un avocat habitué aux assauts et aux joutes verbales.

J'ai assisté silencieux à leur retraite piteuse en rase campagne, "non, mais ce n'est pas vous, Maître, heu, bon on reprend".

J'ai respecté poliment leur interdiction de tweeter pendant la formation.

Je trouve dommage que dans le milieux des experts judiciaires en informatique, il y ait encore des gens qui méconnaissent l'intérêt des réseaux sociaux, des gens qui soient encore enfermés dans leur univers clos du millénaire précédent, qui refusent l'ouverture vers le monde, le partage avec des "mékeskidis", la communication non contrôlée.

J'admets et je me soumets aux règles lorsqu'elles sont connues. Comme Lord Walder qui affirmait lors des Noces Rouges : "sous mon toit, ma loi", les organisateurs d'une formation peuvent imposer leurs règles.

Mais j'ai pris un certain plaisir (coupable) à voir une brillante éloquence remettre en place un sot. Étant moi-même un sot qu'on a tant de fois remis en place...

03 janvier 2018

Wishlist 2018

Vous le savez, mon père ne va pas bien (lire "le miracle du cerveau") et je suis auprès de lui le plus souvent possible. Il a une maladie neurodégénérative qui le fait décliner par à-coup, et c'est très dur, surtout pour ma mère qui est auprès de lui tous les jours, mais aussi pour ma sœur et moi. Nous découvrons la misère des EHPAD, nous subissons les incohérences des décisions des soignants, nous nageons dans les méandres administratives d'un univers étranger.

Côté boulot, la numérisation de toutes les activités de l'entreprise m'amène à basculer d'un mode "best effort" à un mode "obligation de résultats", mais sans que les moyens humains ne suivent en conséquence. Cela rend la pression très difficile à supporter, avec en plus le sentiment que tout le monde tire sur l'ambulancier. Je lance et je m'implique à fond dans beaucoup de projets informatiques importants, mais la situation est telle que je cherche également un autre poste. Si vous entendez parler d'un besoin de DSI dans une PME qui cherche un homme à tout faire, n'hésitez pas à m'en parler via ma page contact. Je suis mobile sur toute la France, y compris Paris. Je suis un service informatique et un service technique à moi tout seul...

Concernant les expertises, c'est de plus en plus difficile. Techniquement les défis sont de plus en plus ardus, et l'institution de plus en plus exigeante. Je pense qu'il va bientôt être temps de rendre le tablier. Surtout que je ne souhaite pas devenir un expert "carte de visite", comme j'en rencontre tant.

La vie municipale se déroule plutôt bien, les différents projets numériques ayant été menés en début de mandat. Je m'en sors avec les honneurs, surtout depuis que j'ai annoncé que je ne pouvais plus m'investir autant qu'auparavant. J'arrive encore à dire ce que je peux faire et à faire ce que je dis, ce qui est pour moi l'essentiel.

Quelle est donc ma wishlist 2018 dans ces conditions ?

1) Que mon père ait une fin de vie paisible
2) Que ma mère puisse l'accompagner sereinement tout au long de cette épreuve
3) Que les points 1 et 2 se réalisent, cela suffira à mon bonheur
4) Professionnellement, je souhaite retrouver l'implication de mes 20 ans et voir briller les yeux de mes collègues. Peut-être dans une nouvelle entreprise, avec un nouveau projet.
5) Publier le tome 7 des billets du blog
6) Publier à nouveau des bêtises sur ce blog
7) Renouer avec le bonheur

Chère lectrice et cher lecteur, je vous souhaite le meilleur pour 2018.

Merci également à tous ceux qui m'envoient des petits mots d'encouragements, que 1000 pétales de roses soient déposés autour de vos claviers.

2018 sera meilleure que 2017 et moins bonne que 2019.
Plus qu'hier et moins que demain.
💖

Johnny Rockfort - Zythom (NA 2018)

06 novembre 2017

Sans fil et sans filet

TL;DR : Si j'ai un conseil à donner aux professions libérales et aux indépendants, c'est de couper le réseau wifi de leur cabinet professionnel rapidement.

C'est toujours un peu casse-gueule pour moi de faire un billet sur la sécurité informatique. Alors je vais commencer par une citation :
"La sécurité est un échec car personne, quel que soit son niveau de compétences et l’énergie investie dans l’administration de ses systèmes, ne peut prétendre être invulnérable."
Newsoft La preuve que la sécurité est un échec
Même les meilleurs se font pirater. Croire être en sécurité derrière ses barrières informatiques est une illusion.

Une fois qu'on a bien compris cela, il faut minimiser l'impact d'un piratage (qui aura lieu un jour) : faire des sauvegardes, réfléchir aux conséquences d'un piratage, faire de la veille, définir un niveau de sécurité et investir suffisamment, etc. Il faut limiter autant que faire se peut l'impact d'un piratage et la surface d'attaque.

La sécurité informatique est une discipline complexe de l'informatique, car elle nécessite de connaître et comprendre un très grand nombre de mécanismes dans la plupart des branches de l'informatique. En tant qu'informaticien "généraliste", je suis toujours stupéfait par le niveau des conférences sur la sécurité auxquelles j'assiste (c'est une manière détournée de dire que je suis nul).

Alors, quand j'ai appris que les réseaux wifi sécurisés en WPA2 (meilleure sécurisation disponible au moment de l'écriture de ce billet) étaient compromis par la technique de "Key reinstallation attacks" (KRACK), j'ai tout de suite éteint toutes les bornes wifi de la maison, par précaution.

Et bien sur, je n'ai eu de cesse depuis de chercher à les rallumer. Parce que le sans fil, c'est quand même pratique...

J'ai fait un petit audit interne du réseau familial : l'étage des enfants est uniquement en wifi (pas de prises RJ45), tous nos téléphones sont souvent connectés au wifi (mauvaise couverture 3G/4G, sauf au grenier) et nos vieilles tablettes ne fonctionnent qu'en wifi. Tous les ordinateurs fixes sur rez-de-chaussée sont en filaire (bureau pro de mon épouse, mon bureau d'expertise, NAS, serveur de sauvegarde, PS4, Xbox, Zotac, Raspbery Pi, etc.)

Tout ce petit monde formait jusqu'à présent un seul réseau (wifi et filaire). Je sais, c'était une erreur. Une erreur que j'ai essayé de réparer.

Une fois le wifi éteint, j'ai tiré des câbles dans les cloisons de l'étage pour que chaque pièce puisse disposer d'un câble RJ45 haut débit. Un petit switch dans le plafond, relié à l'ancien branchement RJ45 de la borne wifi de l'étage, et hop tout le monde était de nouveau branché (travail en cours, POC en place).

Le réseau familial et le réseau professionnel de la maison sont maintenant séparés par un routeur (par le premier routeur que j'avais sous la main : j'ai utilisé les ports WAN/LAN d'une ancienne borne wifi dont le wifi est désactivé). La logique d'accès est la suivante : réseau pro -> réseau familial -> accès internet. Les NAS, imprimantes et autres ressources communes sont sur le réseau familial pour être accessibles à tous.

Comme j'ai la chance d'avoir un abonnement téléphonique professionnel qui inclut une carte SIM supplémentaire avec DATA, j'avais prévu de m'en servir d'accès de secours à internet, "au cas où". J'ai plutôt fait l'achat d'un routeur wifi 4G, et allumé un réseau wifi indépendant de la box du FAI de mon réseau filaire.

J'ai donc maintenant les deux réseaux filaires sur mon FAI principal, et un réseau wifi (indépendant des réseaux filaires) sur mon FAI de secours.

J'ai demandé aux enfants un usage "raisonnable" du wifi pour éviter d'atteindre le niveau de consommation à partir duquel le débit est bridé sur ma carte SIM de secours (donc si possible, pas de streaming vidéo sur le wifi).

Pour résumé, si vous avez une activité professionnelle "sensible" et que vous voulez quand même du wifi, je vous conseille d'investir dans un deuxième abonnement internet, pour créer un réseau séparé, dédié au wifi. Si le prix vous fait grincer des dents, dites vous que ça vous sauvera la vie quand votre FAI principal vous laissera en panne pendant un mois...

Sinon, sans fil = sans filet. Surtout si vous acceptez d'y connecter des appareils android anciens.

Enfin, c'est vous qui voyez...

PS: Ceux qui cachent leur SSID en pensant être protégés, je vous laisse regarder du côté d'airodump et scapy...

25 octobre 2017

Un peu de moi

Comme beaucoup d'entre vous, je traverse en ce moment des épreuves douloureuses dans ma vie professionnelle, comme dans ma vie personnelle. Des ascenseurs émotionnels importants...

Cela m'amène à regarder derrière moi, à faire le point sur le chemin parcouru. et je déteste ça ! J'ai une phobie un peu particulière : je n'aime pas regarder les albums photos. L'idée de me souvenir d'une période passée, même heureuse, surtout heureuse, partie à jamais, me déprime. Je suis résolument tourné vers le futur. J'aime imaginer les progrès de l'avenir, les nouveautés, les inventions, relever les défis, les problèmes à venir...

Mais parfois, il faut bien regarder en arrière.

Je m'entête à tenir ce blog, qui m'a apporté beaucoup d'ennuis et d'inimitiés, mais aussi quelques belles rencontres, et quelques fiertés. Lorsque j'ai ouvert ce blog, l'univers des blogs était déjà bien installé, mais encore plein de fougue. Depuis, beaucoup de blogs que je connaissais ont fermé, ou ont évolué vers des modèles différents. Je dois aussi reconnaître que beaucoup de blogs ont ouvert et que jamais autant de monde n'a publié, lu ou échangé grâce à internet que depuis ces dernières années.

Alors pourquoi suis-je toujours là, à bloguer sur moi-même ?

J'écris sur ma vie personnelle. Ce blog est un peu un journal intime en ligne (un journal "extime"). Ma vie personnelle, en paraphrasant un peu Desproges, est intéressante, enfin surtout pour ma famille et mes amis. Surtout pour moi. Quand je vis une situation émotionnellement forte, j'ai besoin de mettre des mots dessus pour canaliser mes émotions. Mais pour éviter de submerger mes proches (qui ont déjà bien du mérite à me supporter), j'ai choisi de mettre ces mots par écrit. Et la plupart du temps, ces mots finissent par être publiés dans un billet, pour qui voudra bien les lire.

Je n'écris pas pour convaincre. J'ai d'ailleurs peu donné mon avis ici pendant les dernières élections, alors que les sujets sociétaux abordés (ou pas) me passionnent. Bien malin celui ou celle qui sait pour qui j'ai voté. Beaucoup seraient surpris, certains déçus, d'aucuns s'en foutent...

J'écris le soir, quand les enfants (ou plutôt celui qui est encore entre nos murs ;-) sont couchés et font semblant de dormir. J'écris des "rapports d'étonnement" sur des histoires que j'aimerais que mes petits enfants lisent en se disant "woua, pépère Zythom a vécu des drôles de trucs !"... (quand j'ai dit à ma femme que ça me ferait bien rire si mes futurs petits enfants m'appelaient pépère, j'ai du la mettre en PLS...)

Quand je regarde les dernières années écoulées, voire les derniers mois, je vois un grand adolescent de 54 ans qui peine à devenir adulte. J'ai toujours les yeux qui brillent quand je commande un nouvel écran et une alim (de gamer) pour mon fils. J'aime préparer mes cours et faire le show en amphi devant les étudiants. J'ai le cœur qui s'emballe quand je reçois un scellé ou un dossier judiciaire à étudier.

Mais j'ai la nostalgie du "tout est possible" de ma jeunesse.

Quand je regarde derrière moi, je ne vois pas l'homme de 53 ans, ni celui de 52 ans ou de 51 ans. Non, je vois l'homme de 30 ans qui démarrait une nouvelle vie dans une nouvelle ville, au bras d'une jeune épousée. TOUT était possible.

Alors maintenant que j'ai bien avancé sur le chemin-dont-on-connait-la-fin, plutôt que de regarder les possibles qui ne se sont pas (encore) réalisés, ou le manque d'énergie qui m'anime pour ranger mon bureau, je préfère continuer à regarder l'avenir et imaginer des lendemains qui chantent :
- Le wifi est mort ? Vive le wifi ! Je suis en train de repenser complètement mon défunt réseau Wifi domestique (billet à venir).
- J'ai des défis professionnels à relever : faire beaucoup plus avec plus (je recrute !)
- Le deep learning revient en force ! Pourquoi ne pas essayer de comprendre et se lancer à mon niveau dans un petit coin du sujet ?
- Ce blog tourne en rond, rendons le carré ! Et si je sortais le tome 7 ?

Je m'encrasse.
J'ai besoin de faire les poussières.
De me sortir les mains des poches.
De prendre des risques.
TOUT est encore possible..
Pourvu que ça dure ;-)

Bon, je vous laisse, j'ai un bureau à ranger.

20 octobre 2017

Terminologie

J'ai été élevé dans l'amour de la langue française, et dans sa théurgie opératoire qu'est la dictée. Les années ont passé, et avec elles, ma maîtrise de l'orthographe et de la grammaire.

C'est pourquoi, lorsque j'ai publié ce blog sous forme de livres gratuits (sans DRM), j'ai demandé de l'aide auprès de ma mère institutrice.

Un jour, en installant un dictionnaire sous LibreOffice, j'ai vu apparaître une version "réforme de 1990". Je me suis renseigné (essentiellement sur cette page), et depuis le tome 2 (paru en 2012), j'essaye de tenir compte de l'évolution de la langue française.

Mais les pièges sont nombreux et il m'est souvent difficile d'éviter une cacographie, surtout en travaillant dans le domaine de l'informatique : doit-on dire "la wifi" ou "le wifi", faut-il reprendre quelqu'un qui parle de "cryptage" quand il ne parle pas de mise en crypte

Je vais prendre l'exemple qui me parle le plus : l'utilisation du mot "digital". Dans mon souvenir, la première fois où j'ai vu ce mot mal utilisé, c'était sur une affiche publicitaire "Orange - La Révolution Digitale". J'étais stupéfait de voir une énormité pareille s'étaler en 4x3.

J'écris ceci pour ma mémoire et celle de mes (petits)enfants. J'ai connu une époque où le mot "digital" était simplement un adjectif associé au substantif doigt (exemple : empreinte digitale). C'est également un mot anglais qui signifie : "Digital usually refers to something using digits, particularly binary digits."

Et comme tout le monde le sait, "digits" ce sont les chiffres. Ça vient d'ailleurs du latin "digitus", qui veut dire "doigt".

Mais alors, "révolution digitale", ça veut dire "révolution des doigts" ?
Oui.

Mais on compte bien sur les doigts ?
Oui.

D'ailleurs les anglais utilisent le même mot "digit" pour doigt et chiffre.
Oui.

Finalement, "révolution digitale", c'est la révolution des chiffres ?
Moui.

Et aujourd'hui, les chiffres, on les manipule surtout avec des ordinateurs ?
Mmmmoui

Alors, "révolution digitale" et "révolution numérique", c'est pareil, non ?
Rrrrrhaaaaaaaa

Et donc l'univers marketing s'est emparé de l'univers numérique pour en faire un univers digital, parce que, Coco, l'angliche, ça sonne mieux. Au début, ça fait un peu mal, mais après ça glisse (tiiiitre!).

Les années ont passé, et maintenant, c'est moi qui passe pour un vieux con au boulot parce que j'ai osé faire une remarque sur le sujet à quelqu'un. Ça m'a quand même fait réfléchir : est-ce un combat qui vaille la peine d'être mené ?

J'ai pesé le pour et le contre. J'ai eu un flash sur les grammar nazis, ceux qui interviennent dans une conversation pour corriger une typo... Je me suis vu en train de rager à chaque fois que quelqu'un utilise le mot digital en lieu et place de numérique. Je me suis dit que c'était de l'énervement mal placé, qu'il fallait que je sois au dessus de ça pour me concentrer sur le contenu, plus que sur la forme.

Donc, je suis en train d'apprendre à accepter l'utilisation du mot "digital" imposée par le marketing. Il me reste à accepter "au jour d'aujourd'hui", "cryptage", "darkweb", "malgré que", "autant pour moi" et tant d'autres. Il en va de ma plasticité synaptique autant que de ma tranquillité d'esprit.

Vous pouvez réviser votre goétie et me faire part de votre désapprobation en commentaire ;-)


10 octobre 2017

Tu ne seras pas un hacker mon fils !

Je suis l'heureux papa de trois enfants, qui sont maintenant grands. Il est loin le temps où j'écrivais ce billet sur l'ouverture du Skyblog de ma fille...

L’aînée est maintenant en cinquième année de médecine, la puînée en deuxième année d'école de commerce. Et le troisième entre cette année au lycée. J'ai donc encore un ado à la maison :-)

J'ai essayé d'élever mes enfants de mon mieux. Je les ai accompagné à l'école, d'abord jusque devant la grille, puis lâchés une centaine de mètres avant. Je les ai encouragé lors de leurs activités sportives et culturelles. J'ai essayé de leur transmettre des valeurs.

Enfin, pour dire la vérité, j'ai surtout été l'assistant de mon épouse qui a encaissé l'essentiel de la charge mentale de l'organisation familiale... Mais bon, au moins j'ai été présent. Je le suis toujours.

Mon rôle principal est d'être le "scientifique" de la cellule familiale, en charge plus particulièrement des outils numériques : ordinateurs, sauvegardes, réseau, accès internet, messageries, imprimante partagée, scanner, stockage partagé, protection de la vie privée, sécurité, dépannage, récupération de données, wifi, DHCP, DNS non menteurs, consoles de jeux, etc.

Concernant le suivi des leçons, je suis le mauvais flic du couple (au sens de la stratégie bon/mauvais flic), celui dont on craint le levé de sourcil en cas de mauvaise note. Curieusement, aucun de mes enfants n'aime me demander de l'aide pour expliquer un point obscur du cours de maths, ou de physique, ou d'anglais, ou de science de la vie : "En fait, tu expliques trop longtemps. Nous, on veut juste la réponse au problème, toi tu nous expliques toute la théorie en vérifiant qu'on a tout compris... C'est lourd."

Être passionné n'a pas que des avantages ;-)

C'est pourquoi je me suis fait une raison depuis longtemps sur le fait qu'aucun de mes enfants ne sera passionné par ce que j'aime : l'informatique.

Pourtant, hier soir, mon fils m'a dit à table la chose suivante :
"Papa, tu peux m'expliquer la carte mère ?"
Moi: "..."
Lui: "Parce que mon copain, il m'a dit que pour être encore meilleur en jeux vidéo, il faudrait que je passe sur ordinateur plutôt que sur console, et que je démonte mon ordinateur pour le bidouiller. Tu es d'accord pour m'aider ?"

Dans ma tête, il s'est passé une sorte d'explosion nucléaire. Mon cœur s'est arrêté de battre, puis s'est emballé à 200 bpm. Mes mains sont devenues moites. J'ai vu un de mes enfants accéder au Graal, devenir le maître du monde, et régner sur les sans-dent-bleue. Enfin, la chair de ma chair allait aider HAL et le Maître Contrôle Principal à surmonter leur inhumanité pour rejoindre Andrew, l'homme de 200 ans.

J'ai croisé le regard de mon épouse qui rayonnait de bonheur pour moi.

C'est pourquoi ma réponse a jeté un froid glacial : "Non".

Mon visage est resté fermé. Avais-je entrevu l'immensité de la tâche qui reste à accomplir pour accéder au sommet de ma discipline ? Ou le visage écrasant de l'informatique omniprésente dans nos vies plus-vraiment-privées ? Allais-je laisser mon innocent de fils participer aux débauches numériques qui s'annoncent dans tous les objets qui vont nous encercler ?

NON.

J'ai laissé quelques secondes s'écouler. Mon épouse m'a regardé avec un regard navré. Mon fils était en plein désarroi.

Je venais de réussir ma plus belle "blague de père" de la semaine.

En effet, dans ma famille, les pères ont un humour extraordinaire, mais qui ne fait rire qu'eux-même. Le coup de klaxon dévastateur devant la grille du collège. Le jeu de mots subtil devant les ami(e)s des enfants. Bref, ce qu'on appelle dans notre petit cercle, une "blague de père".

KrkrkrkrkrKRKRKRKR
hahahahaHAHAHAHA (risus sardonicus)

ÉVIDEMMENT, c'est avec une immense fierté que je vais apprendre à mon fils à démonter son ordinateur, à l'améliorer, à le bidouiller, à le hacker.

Tu seras un hacker, mon fils !

04 octobre 2017

Pour dévoiler le visage et embrasser le genou de Thémis

Je reçois régulièrement, comme beaucoup d'entre vous, des emails d'appel à l'aide, d'une veuve éplorée, cherchant en général à transférer des fonds d'un pays lointain vers la France, et demandant mon aide. Ces emails sont en général dirigés automatiquement vers mon dossier SPAM et je n'y prête pas attention. Il s'agit de fraudes dites "419", et Vidocq en parlait déjà au XVIIIe siècle dans son ouvrage "Les Voleurs" sous l'appellation de "Lettres de Jérusalem".

De temps en temps, mon filtre antispam laisse passer dans ma boite principale ce type de message, que je lis rapidement avec circonspection.

Cette fois le message que j'ai sous le yeux est différent et l'appel à l'aide à l'air sérieux. Il s'agit d'une femme désespérée pour qui je serais le dernier recours dans une affaire judiciaire.

Je suis souvent sollicité par l'intermédiaire de ce blog, mais comme je l'indique sur ma page "Contact", je n'accepte d'intervenir dans un dossier privé que par l'intermédiaire d'un avocat. Je rédige donc ma réponse type habituelle, ce qui suffit en général à clore le débat.

Quelques jours plus tard, je reçois pourtant un email issu d'un cabinet d'avocat français confirmant les propos de l'appel à l'aide de ma mystérieuse correspondante. Diantre.

Je demande plus d'informations, et que les pièces du dossier me soient envoyées. L'avocat me prévient qu'il s'agit d'un dossier pro bono, c'est-à-dire que la personne n'a pas les moyens financiers de se payer les services d'un avocat, ni d'un expert...

Je réfléchis un peu. Je me revois postuler la première fois pour devenir expert judiciaire, il y a 18 ans. Je pensais que l'activité était bénévole, que les sachants proposaient leur aide gracieusement à la justice, pour le plaisir de la recherche de la vérité, pour le plaisir d'aider à rendre le monde meilleur. Quand j'ai compris le coût d'une expertise, le prix de l'assurance en responsabilité civile, le coût des logiciels, le temps passé en formation sur les procédures... je suis vite rentré dans le rang.

Et puis, j'ai pris la décision de réaliser gratuitement toutes les expertises judiciaires pénales qui me seraient demandées par les magistrats de mon ressort, ce qui m'a valu la réprobation d'un grand nombre de confrères (le gratuit c'est mal, ça dévalorise l'activité, etc.). Pour les rassurer, je dois avouer qu'en un an, à ma grande surprise, aucun magistrat ne m'a contacté...

Parallèlement aux dossiers où je suis désigné par un magistrat, il y a les dossiers privés (c'est-à-dire où je suis sollicité par l'une des parties). J'ai dans ce cas également choisi de travailler gratuitement à hauteur environ d'un dossier privé sur dix, en ciblant plus particulièrement les clients sans moyen. C'est une question de convictions politiques et philosophiques.

Dans le cas qui se présente, la femme qui m'a contacté est dans une situation particulièrement précaire. J'accepte d'étudier le dossier. Je demande toutes les pièces à l'avocat. Je ne suis pas déçu : le cas est réellement désespéré. Une grande entreprise française a déposé plainte pour fraude informatique contre une de ses salariés. Une enquête a eu lieu, mais biaisée par des incompréhensions techniques, par des a priori malheureux, par un manque de moyens. La machine s'est pourtant mise à écraser des vies.

La Justice se doit d'être rendue objectivement, sans faveur ni parti pris, indépendamment de la puissance ou de la faiblesse des accusés. La cécité est alors la meilleure façon de garantir cette impartialité. C'est la raison du bandeau de lin que l'on met sur les yeux des statues représentant Thémis, la déesse de la Justice.

Mais la justice peut se tromper. C'est le sens des recours. Thémis a parfois le genoux dénudé, car les écrits antiques matérialisaient le genou comme l'attribut corporel de la piété, de la magnanimité et de la clémence du puissant. La Justice se veut réceptive au malheur humain, et cette clémence est alors symbolisée par ce genou dénudé.

C'est la première fois que j'ai dans les mains un dossier où les éléments techniques clament de manière diffuse l'innocence de cette personne injustement condamnée. Comme l'avocat l'a fait avant moi, je me plonge à corps perdu dans le dossier.

Les soirées passent. Les semaines. J'arrête toutes les autres activités, les réseaux sociaux et les billets de blog, tant elles me semblent dérisoires. Je lis les pièces, les notices, les rapports, les conclusions, les réquisitions. Je prend des notes, je mets en évidence les anomalies, les failles, j'essaye de rester factuel. Je me réveille la nuit. Je pense à l'enfer vécu par cette femme accusée à tort. Face à elle, je devrais dire face à nous, la puissance de l'argent, la puissance de l'administration, la puissance du prestige de l'avis des puissants. Mais nous, qu'avons-nous ? Comment prouver l'innocence alors que l'absence de preuve de culpabilité devrait suffire ? Il y a de la passion dans les discussions que j'ai avec son avocat, persuadé comme moi de l'innocence de sa cliente.

Mais la passion se doit d'être absente de la note technique que je rédige. Je rassemble tous les points que j'ai relevés depuis trois mois. Je m'isole dans mon bureau pendant plusieurs jours. Je cherche à retirer temporairement le bandeau des yeux de la Justice pour que celle-ci regarde pleinement les personnes auxquelles s'adressent les règles de droit et agisse en conséquence. Il me faut faire valoir le principe d'équité.

Pour que David puisse vaincre Goliath.
Pour dévoiler le visage et embrasser le genou de Thémis.

L'engagement de l'expert va parfois au delà de sa mission, pourvu qu'il ne s'en brûle pas les ailes.

Alea jacta est.

21 juillet 2017

Allez, à tantôt !

Les temps sont durs pour moi, avec comme conséquence un silence en ces lieux. L'avantage de cette situation est qu'elle m'incite à écrire beaucoup de billets, puisque c'est ma manière d'évacuer mon mal être. Je ne peux pas encore publier ces billets, tant que les cendres sont encore chaudes, mais j'espère que dans quelques mois, je sourirai de nouveau.

En attendant, je m'accroche au sourire de mon épouse, et à ceux de mes enfants. Le bonheur tient à la capacité que l'on a de savourer ces choses là.

Ma tribu et moi, nous partons trois semaines faire des randonnées autour du Saint Laurent au Canada, pour se vider la tête et s'enrichir des aventures que l'on va vivre ensemble. Je vais en profiter pour renouveler ma collection de casquettes, et essayer de retrouver ma confiance en moi.

Ce sera silence radio sur ce blog pendant tout ce temps.
Ensuite, je viendrai de nouveau raconter mes histoires.

Allô ça va bien ? Allez, à tantôt ;-)

08 juillet 2017

L'intimité mise à nu

Chaque année, les étudiants de l’Année spéciale de journalisme (DUT en un an) de L’École Publique de Journalisme de Tours (EPJT) réalisent de A à Z un magazine appelé Innova. Cette publication a la particularité d’être thématique et d’être réalisée intégralement au sein de l’EPJT, par des étudiants encadrés par des professionnels spécialisés en presse magazine : rédacteurs en chef, maquettistes, secrétaires de rédaction. Cette année, le numéro 24 s'intitule "L'intimité mise à nu" et contient un article qui me cite et consacré aux perquisitions : "Sortie brutale du réel".

Je reproduis ici cet article, avec l'aimable autorisation de l'étudiant journaliste, Ambre Philouze-Rousseau. J'ai également ajouté ensuite l'interview complète avec mes réponses.


PERQUISITION SORTIE BRUTALE DU RÉEL

UNE VIE FOUILLÉE, SCRUTÉE À LA LOUPE. LA PERQUISITION N’EST ANODINE POUR PERSONNE. NI POUR LES PERQUISITIONNÉS NI POUR LES PERQUISITIONNEURS. RÉCIT CROISÉ D’ISABELLE ET DE SON FILS THOMAS, PERQUISITIONNÉS EN MARS 2016 ET DE ZYTHOM, INFORMATICIEN EXPERT JUDICIAIRE

C’est un mercredi matin comme les
autres. Les parents se préparent à aller
donner leurs cours, leur fils est en
route pour sa classe préparatoire. Et
puis des coups. Des coups frappés à la
porte de la maison familiale. Il est 7 h 45, le mari va
ouvrir. Sa femme, Isabelle*, observe par la fenêtre et
voit trois personnes devant l’entrée. Lorsqu’elle
remarque les brassards rouges marqués « Police », ils
sont déjà à l’intérieur. « Nous venons pour une
perquisition, annonce froidement la policière. Je
suis inspectrice de la brigade des mineurs. » Pour
Isabelle, qui se tient au milieu de l’escalier, l’incom-
préhension est totale. Tout s’écroule : « Ça t’arrête
dans tes gestes, dans tes paroles, tu t’arrêtes de res-
pirer, tu t’arrêtes de penser. » Près d’un an après, elle
a enfin trouvé les mots : « Cette perquisition a été
une ­rupture brutale, indélébile et irrémédiable. »
Les suspects ne sont pas les seuls à être atteints par
une perquisition, c’est également le cas de leur
entourage. « C’était violent dans leur parler et leur
façon d’être, se souvient Thomas*, le fils d’Isabelle.
J’avais ­l’impression qu’ils s’en fichaient complète-
ment, comme s’ils n’étaient pas impliqués. »
Les perquisitionneurs doivent en effet se garder de
toute empathie. La police n’agit pas toujours seule.
Elle a parfois besoin de s’entourer de ­personnes
comme Zythom, informaticien expert ­judiciaire.
Les autorités font appel à ses services pour analyser
le contenu de matériel informatique. Il assiste ­depuis
1999 des huissiers de justice, des juges d’instruction
ou des policiers dans des ­perquisitions et raconte
son vécu dans son blog. Malgré sa longue expé-
rience, il ne s’habitue pas à la ­violence de cette intru-
sion. « Une maison est un lieu privé. Quand vous
entrez avec les forces de l’ordre chez quelqu’un, c’est
d’une brutalité incroyable, explique-t-il. En plon-
geant dans les données ­numériques stockées sur le
disque dur, j’entre dans la vie intime des gens, pour
le meilleur et pour le pire. » Ce sentiment de « viol
de ­l’intimité » ne le quitte jamais.

ASSISTER À LA FOUILLE DANS LA RÉSIGNATION
Pour autant, Zythom a vécu des perquisitions plus
éprouvantes que d’autres. Comme celle lors de
laquelle il rencontre Léo, 7 ans. « C’est un petit gar-
çon volontaire, écrit l’informaticien sur son blog.
Il me dévisage sans peur, mais avec une lueur
d’incompréhension dans le regard. » Zythom tente
de sauver les apparences : « Je lui fais un grand sou-
rire. Je force mon visage à se détendre, ­raconte-t-il.
“ Ta maman a un petit problème avec son ordina-
teur. Nous sommes venus pour voir si on peut le
réparer ’’, c’est la seule chose qui lui vient à l’esprit. Le
petit Léo, rassuré, reste malgré tout ­soucieux, mais
pour d’autres raisons. « J’espère que ce n’est pas mon
nouveau jeu qui a abîmé ­l’ordinateur de maman »,
s’inquiète-t-il. Une innocence ­touchante et déchi-
rante pour Zythom. « Mon cœur se brise mais au-
cun muscle de mon visage ne bouge, poursuit-il. La
dernière image que j’aurai de Léo est son départ
pour l’école tenant son petit frère par la main et
accompagné par une voisine. Je lui ai fait un petit
signe avec le pouce levé. » L’informaticien ne peut
s’empêcher de terminer son récit en avouant : « Que
c’est dur, une perquisition. »
Cette rudesse, Isabelle et Thomas l’ont ressentie.
Non sans quelques sanglots dans la voix, le jeune
homme décrit une sortie brutale du réel. « À partir
de ce moment, tu te dis que rien n’est vrai,
raconte-t-il. Tu es dans le déni. » Il souligne égale-
ment la difficulté à prendre du recul et « à accepter
que des gens viennent chez toi pour prendre tes
affaires, pour fouiller dans ta vie. » Les trois étages
de la maison, les chambres, la salle de bains, les
placards, le garage ou encore la voiture, rien n’est
laissé au hasard. C’est dans le silence et la résigna-
tion ­qu’Isabelle et Thomas ont dû assister à
ces fouilles, pires qu’un cambriolage. « Un
cambrioleur, tu ne le vois pas faire, pré-
cise Isabelle. Là, tu les vois passer
partout et ils sont maîtres chez toi.
Tu n’as plus le droit de ­parler, de
bouger, tu n’es plus rien. »
Malgré plusieurs tentatives
d’échange, ­Isabelle reste dans
l’ignorance. « Vous cherchez quoi ? »
demande-t-elle aux policiers. « Des
indices » est la seule réponse qu’elle
obtient. Au delà de l’impuissance, elle se
dit marquée par ­l’attitude des forces de l’ordre qui,
sur l’instant, lui retire sa dignité. « Je savais qu’ils
ne venaient pas pour moi. Mais dans leur façon
d’être, ils me ­culpabilisaient de la même façon,
explique-t-elle. Je n’avais plus l’impression d’être
une victime, mais une coupable. » Un sentiment
qui ne la quittera pas, même une fois la perquisi-
tion achevée, puisqu’une convocation pour un
interrogatoire lui sera remise dans la foulée.
Le moment du départ reste, pour Zythom, tout
aussi marquant que celui de l’arrivée. Il se souvient
ainsi d’une perquisition d’un domicile familial en
2010. Seule la mère de famille était présente. Au
moment de quitter le logement, il lui présente ses
excuses. « Je revois encore aujourd’hui la rage dans
son regard », raconte-t-il.
Isabelle s’est quant à elle sentie abandonnée. « Ils
sont partis de chez moi, mon mari menotté. Ils ne
m’ont rien demandé. Même pas si j’avais besoin d’un
soutien psychologique », ­déplore-t-elle. Comme si
l’après importait peu. « Tu le prends bien. Tant
mieux. Tu le prends mal. Tant pis », avance la quin-
quagénaire d’une voix entrecoupée de silences. Pen-
dant les quarante-huit heures qui ont suivi la per-
quisition, Isabelle n’a pas eu de nouvelles. Son mari
en garde à vue, elle s’est accrochée aux quelques
mots glissés par ­l’inspectrice au terme de six appels
téléphoniques : « Vous aurez des nouvelles en temps
voulu. » Face à ce mutisme, son fils évoque une
« nonchalance qui ne respecte pas les sentiments ».

LE PREMIER JOUR DU RESTE DE SA VIE
Malgré la violence des émotions qui l’ont animé ce
jour-là, le fils d’Isabelle a réussi à prendre de la dis-
tance. « Ceux qui perquisitionnent le font à lon-
gueur de journée. S’ils ne prenaient pas les choses
froidement, ils ne pourraient pas le faire », résume le
jeune homme. Cette prise de conscience, sa mère l’a
eue lors d’une discussion téléphonique avec
l’inspectrice. « Ça a été un moment fort, parce
qu’elle m’a parlé de femme à femme, plutôt que
d’inspectrice à femme de suspect », se souvient-elle.
La policière évoque alors la nécessité qu’elle a de
s’interdire toute ­empathie. Elle concède cependant
que cela peut être extrêmement violent. Pour
Isabelle, ces mots sont libérateurs. « Cela m’a fait un
bien fou, j’ai compris que sa crédibilité était aussi en
jeu », avance-t-elle. ­
Pour Zythom, beaucoup de ­métiers impliquent de
devoir faire face à des ­situations désagréables tout
en mettant ses ­sentiments de côté : « Un pompier
choisit-il son métier pour les tragédies auxquelles il
va assister ? s’interroge-t-il. Lorsqu’on décide de
mettre ses ­compétences au service de la justice, il
n’est pas question de choisir les interventions en
fonction de ses goûts. »
Un an plus tard, Isabelle considère cette
perquisition comme « l’acte premier,
celui que l’on n’oublie pas ». Même si le
traumatisme va au-delà de la perquisi-
tion en tant que telle, c’est bel et bien
ce jour qui aura déclenché le boulever-
sement profond de sa vie intime. D’un
rire jaune, elle lance : « C’est désormais
un anniversaire supplémentaire. »

ANA BOYRIE, AMBRE PHILOUZE-ROUSSEAU
ET CLÉMENT PIOT

(*) Les prénoms ont été modifiés.

Le numéro 24 de la revue Innova est téléchargeable en cliquant sur ce lien (l'article commence en page 10).



---oOo--

Interview réalisée par Ambre Philouze-Rousseau

- Depuis quand participez-vous à des perquisitions ?

Je suis inscrit sur la liste des experts judiciaires depuis 1999. Ma première perquisition a été une assistance à Huissier de Justice l'année suivante.


- Pourquoi, en tant qu'informaticien, avoir décidé de travailler avec la justice ? Et donc de participer à des perquisitions ?

Comme je le décris sur mon blog, mon épouse est avocate. J'ai souhaité me rapprocher de son univers, qui est passionnant, et c'est elle qui m'a expliqué ce que mes connaissances pouvaient apporter à la justice. En demandant mon inscription sur la liste des experts judiciaires, je ne savais pas que ma vie allait basculer parfois dans l'horreur : recherche d'images et de films pédopornographiques, perquisition, intrusion dans la vie privée... Mais c'est le lot de beaucoup de professions : un pompier choisit-il son métier pour les tragédies auxquelles il va assister, un policier pour les insultes, un journaliste pour les chats écrasés ? Je ne me plains donc pas et j'essaye de faire mon travail du mieux possible pour aider la justice.


- Quel est votre rôle lors de ces perquisitions ?

En général, j'assiste un Huissier de Justice, ou un Juge d'instruction, ou un policier, dans sa recherche de la vérité. Surtout si celle-ci se trouve sur un ordinateur...


- Combien de temps dure une perquisition, en moyenne ?

Celles auxquelles j'ai participé ont duré environ une journée.


- A combien de perquisitions avez-vous assisté ?

Dix perquisitions, entre 1999 et 2016.


- De quand date votre dernière perquisition ? Pouvez-vous nous la raconter ?

Elle date de l'année dernière et je ne peux pas la raconter. Par contre, j'ai raconté plusieurs de mes perquisitions, en les anonymisant, sur mon blog (voir billets :
https://zythom.blogspot.fr/2007/04/assistance-lors-dune-perquisition.html
https://zythom.blogspot.fr/2010/06/perquisition.html
https://zythom.blogspot.fr/2014/12/perquisitionner-un-informaticien.html

- Avez-vous souvenir d'une perquisition plus difficile que les autres ? Si oui, pourquoi ?

Elles sont toutes difficiles, surtout celles chez les particuliers. Je garde le souvenir d'un enfant de 7 ans qui réagissait à l'entrée très matinale d'un groupe de personne dans sa maison. Je raconte cette histoire dans ce billet : https://zythom.blogspot.fr/2013/02/leo-7-ans.html


- Vous dites ne pas aimer participer à des perquisitions chez des particuliers ? Qu'est-ce-qui vous dérange ? 

Je n'arrive pas à m'habituer à la violence d'une intrusion chez les particuliers.


- Dans l'un de vos billets, vous parlez de « viol de l'intimité ». Qu'entendez-vous par intimité ?

Une maison est un lieu privé. Vous acceptez parfois d'inviter des personnes que vous connaissez à entrer chez vous, dans une partie de votre vie privée : le séjour, la cuisine, la salle à manger. Quand vous entrez avec les forces de l'ordre chez quelqu'un, c'est d'une brutalité incroyable (même si les policiers et les Huissiers avec lesquels j'ai travaillé ont toujours fait preuve d'une grande humanité et de respect). Vous entrez dans l'intimité des personnes : bureau, chambres à coucher, pièces des enfants, salle de bains, etc.
Je ressens la même chose quand j'analyse chez moi le contenu d'un ordinateur mis sous scellé par la police : en plongeant dans les données numériques stockées sur le disque dur, j'entre dans la vie intime des gens, pour le meilleur et pour le pire. Ce n'est pas une sensation agréable.


- Est-ce-qu'en fouillant dans l'ordinateur d'un perquisitionné, vous ressentez également ce sentiment de « viol de l'intimité » ?

Oui.


- Vous n'êtes évidemment pas seul dans ce genre d'intervention. Combien êtes-vous ? Pensez-vous qu'ils ressentent tous la même gêne que vous ?

Il y a en général deux ou trois policiers (ou gendarmes), un serrurier, l'Huissier de Justice et moi.
Je n'ai jamais rencontré quelqu'un qui aime faire cela, mais tout le monde est concentré sur sa mission et souhaite qu'elle se passe le mieux possible.
Les policiers parlent correctement aux personnes et à leurs enfants, et tout le monde essaye de faire baisser la tension initiale de l'entrée dans les lieux.


- Comment réagissent ceux qui sont perquisitionnés ? (Même si les réactions doivent toutes être différentes, comment réagissent ceux que vous avez pu voir?)

Il y a un grand stress dans le premier quart d'heure, puis la tension baisse quand tout le monde a compris le rôle de chacun des intervenants.


- Enfin, malgré le fait que l'intrusion vous dérange, allez-vous continuer à participer à des perquisitions ? Et pourquoi ?

Quand on choisit de mettre ses compétences au service de la justice, il n'est pas question de choisir les interventions en fonction de ses goûts. Par contre, j'accepte moins souvent d'intervenir lors de perquisitions, simplement parce qu'avec l'âge, mon niveau et mon agilité technique diminuent. Il n'est pas facile de rester au contact de toutes les technologies de stockage, surtout que je n'ai pas de compétences en téléphonie mobile. Il m'est difficile de dire aux personnes que j'accompagne que je ne peux pas analyser le contenu d'un téléphone portable, alors que les données intéressantes s'y trouvent peut-être. Il y a dans mon ressort des experts judiciaires plus jeunes et plus expérimentés que moi. Je leur laisse maintenant ma place.


Échanges du 19/03/2017


13 juin 2017

TeamVieux

Je me rends souvent compte sur les réseaux sociaux que je suis un peu à part (mais pas tout seul ;-) quand on considère le critère de l'âge. Beaucoup des personnes que je suis, sont plus jeunes que moi, et par ailleurs, beaucoup de mes amis IRL qui sont du même âge que moi ne sont pas sur les réseaux sociaux...

Je suis né en 1963.

Je fais parti de la #TeamVieux... voire #TeamTresTresVieux

Comme je n'y peux pas grand chose, je m'interroge sur ma résilience face au choc de la vieillesse sagesse. Et le constat n'est pas fameux.

J'ai beaucoup perdu en plasticité synaptique. J'ai du mal à retenir tous les éléments nouveaux lorsque j'assiste à une formation. Je suis pétri d'habitudes et de réflexes, même si je lutte contre ces ornières (voir ce billet de 2007).

La pratique de mon métier s'éloigne inexorablement de la technique (que j'aime) pour devenir plutôt un gestionnaire de ressources : la part de management augmente avec l'effectif que j'encadre, je mets en place des indicateurs qualités pour maîtriser les budgets et la croissance de l'entreprise, la part juridique de mon activité de responsable informatique augmente...

J'ai été marqué par la lecture de ce billet qui m'a fait comprendre le phénomène de perte progressive de nos capacités cognitives décrit sous le terme savant "d'agnosie de l'empan cognitif"... Et bien entendu, je me suis reconnu.

J'ai subi une petite dépression (voir le billet intitulé "la honte") cette année et un burn-out qui m'a laissé sur les rotules, avant de réaliser qu'il fallait que je me fasse aider (d'où les indicateurs qualité pour justifier d'une embauche).

Sur Mastodon, j'ai écris "Tu sais que tu commences à être vieux quand tu n'as plus le temps de saisir les 6 chiffres du jeton d'authentification avant qu'ils ne soient remplacés par 6 autres...", ce qui montre à quel point je suis atteint par la décrépitude ;-)

Concernant les expertises judiciaires, j'atteins presque l'âge que je critiquais quand j'ai prêté serment, à l'âge de 35 ans, il y a plus de 18 ans... J'étais jeune et plein d'entrain, je voulais proposer mes compétences à la justice, et j'étais consterné de constater que l'expert judiciaire juste au dessus de moi en âge dans mon ressort avait 30 ans de plus que moi (il a exercé jusqu'à 75 ans !). Je considérais qu'il était difficile pour une personne de 65 ans d'être encore dans le coup au niveau technique. Sans en être encore là, j'ai bien conscience du côté artisanal de mes compétences, et leurs limites (lire le billet "Artisanat de l'expertise"). J'envisage maintenant sérieusement de demander mon retrait de la liste des experts judiciaires. 18 ans, c'est déjà beaucoup.

A titre d'amusement, j'ai repris mes travaux de recherche, à peu près là où je les avais laissés en 1994 quand j'ai quitté mon poste de Maître de conférences pour me consacrer pleinement à l'enseignement, puis à la fonction support. Cela fait beaucoup de choses à rattraper, et cela occupe mes soirées à l'infini, quand je n'ai pas de réunions municipales, ni d'expertises judiciaires à faire. C'est effrayant tout ce que l'on peut oublier, en particulier dans le domaine des mathématiques...

Ce que je regrette le plus, ce n'est pas la perte de mes tablettes abdominales, ni de ma souplesse, ni de mon énergie, non. Ce que je regrette, c'est la perte de mon employabilité. J'ai une expérience, un savoir-faire, une envie d'apprendre, une envie de découvrir de nouveaux domaines, mais personne ne souhaite embaucher une personne qui a passé 50 ans. Même si j'accepte de redémarrer à zéro dans un domaine connexe (comme dans la sécurité informatique par exemple, voir ce billet sur l'ANSSI).

Pourtant, malgré la rouille de mes méninges, de mes articulations et de mes connaissances techniques, je me sens capable de mettre en place tous les aspects de l'informatique d'une start-up, d'une TPE ou d'une PME ! A moi tout seul, je peux concevoir une infrastructure correctement dimensionnée, gérer le projet de mise en place (du budget à la réception), assurer l'exploitation et le suivi, mettre en place une sécurité "raisonnable". Idem pour les serveurs, les outils logiciels métiers, les accès à internet, la téléphonie...

Mais simplement en regardant l'âge inscrit sur mon CV ou mon profil LinkedIn, je sens que je suis écarté. C'est ce qui me blesse le plus.

Vieillir, c'est se souvenir d'une époque où l'on pouvait faire des choix. C'est se retrouver coincé sur une route sans carrefour, dont on sait que c'est une impasse et dont on connaît déjà la fin.

Parfois c'est dur...
Omnes vulnerant, ultima necat 
« Toutes blessent, la dernière tue. » Formule affichée sur les cadrans d'horloge et les cadrans solaires en référence aux heures qui passent.
Omnia dicta fortiora si dicta Latina 
« Un propos prend plus de force lorsqu'il est dit en latin. »

19 mai 2017

L'Orange lui va si bien

Dans le cadre professionnel, je gère un abonnement internet pour le logement du gardien de mon entreprise. Il s'agit d'une offre classique Orange pour particulier. Le quartier où je travaille devenant (enfin) une zone éligible à la fibre optique pour les particuliers, je demande l'évolution de l'abonnement Orange vers son homologue survitaminé, toujours chez le même fournisseur d'accès.

Attention, à ce stade du récit, il faut comprendre que sous la présidence de Nicolas Sarkozy, certaines des entreprises "majeures" du marché de l'accès internet se sont partagées le gâteau déploiement de la fibre jusqu'à l'habitant (FTTH). Les découpages géographiques ont fait que je suis en zone "SFR", ce qui signifie que c'est la Société Française du Radiotéléphone (SFR donc) qui investit dans des kilomètres de fibres optiques autour de mon lieu de travail. Et sur mon lieu de travail vit un gardien (dans un logement de fonction), dont je m'occupe de l'accès à internet (suivez un peu ;-).

En cliquant dans l'interface web du site Orange pour confirmer ma demande de passage à "la fibre", je ne me doutais pas de l’enchaînement qui allait suivre...

Pour faire court et ne pas vous noyer dans une masse de détails ubuesques, j'ai successivement reçu des emails d'Orange, des SMS de prises de rendez-vous avec des techniciens sous-traitants de SFR, des coups de téléphone me confirmant les SMS et l'imprécision des horaires de rendez-vous, des emails de confirmation des coups de téléphone, et des emails d'enquêtes de satisfaction client (parce que c'est important pour nos relations) alors que rien n'avançait...

Les techniciens sont pourtant venus trois fois.
A chaque fois, il s'agissait d'une équipe différente et d'une entreprise différente.
A chaque fois, ils n'avaient aucune information, ni sur le dossier, ni sur les suites de la venue de l'équipe précédente...

Le problème est pourtant simple : vu la hauteur des couloirs et la situation des chemins de câbles dans mon entreprise, il faut une NACELLE pour tirer la fibre optique jusqu'au logement du gardien.

Toutes les équipes sont venues avec des échelles, des tabourets, des outils, des tire-câbles, etc., mais pas l'équipement approprié pour travailler en hauteur. L'installation n'a donc pas eu lieu.

Les mois passent, je relance de temps en temps mon dossier par un email aux services commerciaux qui me disent qu'ils vont prendre les choses en main (mais qui ne me disent jamais où ils en sont).

Jusqu'à ce que je reçoive cette lettre d'Orange :
"Suite à la résiliation de votre offre ou option, ou à votre déménagement, [...] et conformément à vos conditions contractuelles, nous vous remercions de bien vouloir restituer les équipements mis à votre disposition par Orange [...].
A défaut, les frais suivants vous seront facturés : Livebox 100 euros."

La résiliation ? Mais quelle résiliation ?

Je transmets le courrier à ma commerciale Orange préférée (commerciale pro) qui me dit qu'elle va s'occuper du dossier...

15 jours après, je reçois un courrier de relance intitulé "Rappel : restitution des équipements mis à votre disposition par Orange", contenant à peu près les même information, avec du gras sur la date limite de retour du matériel (quand j'écris "avec du gras", je fais allusion évidemment à la graisse en typographie).

Je commence à me demander si je ne vais pas goûter aux joies de la vie communautaire décrite par Piper Chapman...

J'appelle le 3900 où je passe successivement avec succès les différentes étapes me permettant d'accéder au graal suprême : l'accès à un être humain. Un être humain du service technique. Pourquoi du service technique, je ne sais pas. J'ai juste dit "internet" à un automate qui me demandait de résumer en une phrase mon problème.

L'être humain me dit qu'il s'agit d'un problème qui ne peut être traité qu'au niveau commercial, et me passe un autre être humain du service commercial. Ils sont donc au moins deux derrière le 3900 de chez Orange, derniers humains non encore automatisés.

Je suis extrêmement poli, calme, à l'écoute et bienveillant, comme je l'apprends en formation au management chez Germe. Et il en fallait de la bienveillance pour écouter ce compagnon en humanité m'expliquer :
"Mais monsieur, c'est tout à fait normal : vous avez reçu un courrier type puisque votre dossier m'indique que SFR refusant l'installation de la fibre, dans votre cas, l'évolution vers l'offre fibre Orange ne peut se faire".
"Mais vous allez couper l'accès internet ?"
"Non, non, votre abonnement est remis à son offre antérieur. Vous n'avez rien à faire".

Donc, pour résumer, quelqu'un, dans l'entreprise Orange, planqué bien loin du terrain, s'est dit "c'est compliqué d'ajouter un courrier type couvrant le cas d'une annulation de demande d'évolution d'offre. On va plutôt envoyer le courrier type de retour du matériel avec menace de faire payer 100 euros, c'est pareil"...

Sachant que l'être humain que j'avais au bout du fil, bien qu'arrogant dans ses certitudes ("vous savez monsieur, c'est compliqué la fibre avec toutes les contraintes imposées par la réglementation"), ne pouvait pas faire grand chose à part me confirmer que je n'avais rien à faire et que mon abonnement antérieur était bien maintenu malgré les deux courriers de demande de restitution du matériel ("mais non, monsieur, je ne peux pas vous le mettre par écrit, mais vous savez c'est bien consigné dans le dossier que j'ai sous les yeux").

Je m'attends au pire dans les jours qui viennent, concernant l'abonnement internet de mon gardien. Évidemment, si jamais Orange coupe la ligne, je lui garantis un maintien de l'accès internet via notre liaison pro.

Le plus drôle dans cette histoire, c'est que je sais qu'il y a dans mon entreprise une fibre Orange, éteinte depuis 10 ans (issue d'un marché gagné par Orange pour la région afin de relier notre école d'ingénieurs à internet). Cette fibre est toujours là. Je connais son cheminement jusqu'à la rue. Elle pourrait être utilisée pour nous relier de nouveau à internet, du moins pour relier le logement du gardien. J'ai montré cette fibre à tous les techniciens qui sont venus sur place, et j'en ai parlé à tous mes interlocuteurs de chez Orange (je n'ai jamais eu à faire à quelqu'un de chez SFR). Personne ne veut l'utiliser. Nous sommes en zone SFR, ce n'est pas le même service, nous ne sommes pas habilités à brancher cette fibre, le diamètre du câble est trop gros pour notre boîtier...)

Et pourtant l'Orange lui allait si bien.